Retour Acceuil

Ensemble COLOPHANE

Photo du Consort
Le Consort
L'ensemble Colophane est un orchestre de chambre fondé en 1981 et composé de musiciens professionnels qui comptent parmi les meilleurs du Nord - Pas de Calais. Depuis quelques années, une petite formation, "Le Consort" s'est développée au sein de l'ensemble Colophane. Composé de cinq à sept musiciens, ce petit groupe propose un répertoire baroque centré sur des morceaux du XVIème et XVIIème siècles français et allemand, ainsi que des compositions de son directeur Daniel Boulogne, notamment une "Suite irlandaise" composée à partir de pièces du répertoire traditionnel.
Deux violons, (Benoît Courtray et Caroline Dooghe), deux violes de gambe (Dominique Vanhée et Daniel Boulogne), un clavecin (Annick Razny) et une harpe ancienne (Sylvie Boulogne) forment la base du Consort. Se joint à ce noyau, un musicien issu de la musique populaire (Gérald Ryckeboer, bien connu en Flandre). Ses cornemuses, sa musette de cour, son pipeau irlandais donnent d'autres couleurs, et permettent d'aborder un répertoire où les traditions savantes et populaires s'entrecroisent.
Daniel BOULOGNE, directeur du Conservatoire de Musique de Denain et de l'Orchestre Colophane, se passionne depuis de nombreuses années pour les ponts existants et possibles entre les musiques savantes et les instruments et les musiques populaires, ce qui l'a amené à rejoindre ainsi l'Ensemble BEFFROI.

contact  : Daniel.Boulogne@wanadoo.fr

Le CD

Les prochains concerts :

samedi 18 décembre 2004 20h30, Eglise de Le Quesnoy(59)

 

Musique
Ecoute :
Fichier MP3
Butterfly , tiré de la "Suite irlandaise". Concert de Wavrechain, 21 juin 1997
(Note : il a fallu faire un compromis, discutable donc, entre la taille du fichier et la qualité)
4,2 Mo pour 3'52".

LES TITRES

Molly Ban
Drowsy Maggie
The hag in the churn
Prélude pour Slieve Russell
Slieve Russell
Cup of tea
Prélude pour Destitution
Destitution
Postlude pour Destitution
Barabara Allan I
Bolt the door
Postlude pour Bolt the door
Bean Phaidin
Barabara Allan II
Prélude pour Fisherman
Fisherman
The last night fun
Scully's
Absynthe's
Connor's
Barbara Allan III
Prélude pour Butterfly
Butterfly

CD Colophane

LES MUSICIENS

Le Consort :

Gérald Ryckeboer : cornemuse, bodhran, pipeau, bouzouki
Sylvie Boulogne : harpe celtique
Benoît Courtrai et Caroline Dooghe : violons
Dominique Vanhée et Daniel Boulogne : violes de gambe

L'Orchestre :

David Wacheux, Pascale Bréda, Lydie Desprez, Alexandre Boulogne : violons
Guillaume Dumoulin : alto
Catherine Plays : violoncelle
Fabien Coquant : contrebasse

Jean-Bernard Plays : flûte et piccolo
Christophe Warembourg : hautbois et cor anglais
Sébastien Vanlerberghe : hautbois
Jean-Pierre Leclercq : basson
Patrick Vainqueur et Guillaume Ratte : cors

 

« Cette oeuvre, composée en 1997, est bâtie sur une quinzaine de thèmes issus de la musique traditionnelle irlandaise. Ces thèmes ont été travaillés d'une façon à la fois personnelle et respectueuse de l'esprit de la musique populaire. Un thème populaire est le résultat d'un long travail, anonyme le plus souvent, qui peut s'étendre sur plusieurs siècles. Il finit par posséder une forme parfaite. Mais, d'un autre côté, ce genre de thème n'a ni introduction ni conclusion, et peut donner souvent l'impression de ne pas pouvoir s'arrêter. Dans le cadre d'une oeuvre qui n'est plus une musique de danse, le problème de la conclusion de chaque thème devient important et doit être résolu. On rencontre aussi, dans certains de ces thèmes, des aspects qui pourraient être mis en valeur d'une autre façon mais qui restent à l'état de potentialités. Dans ce cas, le thème est précédé d'une longue introduction et suivi d'une assez longue conclusion.

La musique irlandaise est une musique modale : la hiérarchie entre les sons n'est pas forcément la même que celle de la musique tonale, à laquelle nous sommes habitués. Même si les différences ne sont pas très grandes, elles suffisent à donner une couleur générale reconnaissable en un instant. Cette musique traditionnelle supporte très mal d'être harmonisée : l'harmonie tonale la déforme totalement et lui donne une signification autre que celle qui lui est propre, comme si on la forçait à parler une langue qui n'est pas la sienne. Elle est monodique la plupart du temp, et peut se passer d'accompagnement polyphonique. Un tel accompagnement reste envisageable pour peu que l'on exclue les accords et que l'on s'en tienne à l'emploi du contrepoint : dès lors, de savoureuses superpositions de mélodies sont possibles.

J'ai choisi de ne pas modifier les thèmes pendant la durée de chaque morceau. Mais il y a des élaborations qui sont du domaine de la variation. De même, certains sont pourvus d'un prélude et d'un postlude bâtis sur les notes du thème principal ou reliés par un long interlude également fait sur les notes d'un thème.

Tous les thèmes retenus sont d'une grande beauté en eux-même, mais j'ai voulu rendre moins perceptible leur répétition. En ce sens, j'ai procédé la plupart du temps par variations autour d'un thème qui serait un invariant.

L'orchestration, pour dix-neuf musiciens, utilise simultanément les deux formations de l'Ensemble Colophane : le Consort (une petite formation qui joue essentiellement de la musique ancienne) et la grande formation, les deux groupes étant placés en cercles concentriques. Le mélange des instruments anciens, des instruments modernes et des instruments traditionnels apporte une immense variété de timbres.

La musique traditionnelle irlandaise emploie plusieurs instruments typiques  : la cornemuse irlandaise (uilleann-pipes , littéralement "cornemuse à coude"), le violon, le tambour irlandais (bodhran), le pipeau grave (low-whistle) et la harpe celtique.

La forme de cette suite est déterminée de plusieurs façons. La tonalité des morceaux (en réalité le mot "tonalité" ne convient pas ici puisqu'il s'agit de musique modale) est étroitement liée aux instruments populaires employés et leur succession doit donc prendre en compte le changement de ces instruments en cours d'exécution.

D'autre part, la trajectoire commence et se termine en mi mineur et passe par d'autres étapes. Enfin la suite comprend des "suites à l'intérieur de la suite".

Il ne faut évidemment pas chercher d'analogie avec la suite à la manière ancienne  :
ici, il n'y a pas de menuet, ni de sarabande, etc. mais des danses irlandaises : reel, jig, slow reel, slip jig.

L'une des caractéristiques de cette oeuvre est de se trouver à l'intersection de plusieurs domaines. Si les thèmes sont populaires, loeuvre en elle-même se situe nettement dans le registre de la "musique classique". »

Daniel  BOULOGNE

 

 

Haut de Page Retour en haut de page

Les prochains CONCERTS

COLOPHANE
samedi 18 mai 2002, RAISME (59)
18h30

Haut de Page Retour en haut de page
Compteur Visiteurs